La mode africaine comme levier majeur de l’entrepreneuriat des jeunes

Le plus souvent lorsqu’on parle de Mode ou de Design, on fait appel à la créativité, au talent ou encore à l’innovation.

Et plus spécifiquement en Afrique, le secteur de la mode fait référence à l’utilisation des matières textiles telles que le Wax, le Bazin ou encore le Bogolan. Des matières très prisées par la gente féminine dans nos pays d’Afrique et qui de plus en plus s’installent dans nos sociétés actuelles (comme c’est le cas en Europe ou encore en Amérique).

Aujourd’hui, au vue de cette « mondialisation » accrue, on remarque une expansion galopante du tissu africain dans nos vies quotidiennes et une volonté pour les nouvelles générations d’Afrique de redorer l’image du continent. On le remarque notamment dans différentes catégories. Et pour cela l’entrepreneuriat est devenu un moyen d’action efficace et rapide de le faire connaître.

La mode en occurrence fait partie de ces leviers majeurs au service de l’entrepreneuriat des jeunes tant sur le continent africain que dans les pays du reste du monde.

Au delà de la commercialisation même de ces tissus, on remarque de plus en plus ces jeunes générations africaines qui choisissent de se lancer dans la conception de modèles à base de textiles africains. Ils contribuent fortement à l’expansion de cette Afrique « Positive et Talentueuse » tant convoitée. Quand je parle de cela, je pense notamment à quelques jeunes qui se sont fait connaître tels que :

  • «Ayite Maureen, jeune entrepreneure originaire du Bénin, amoureuse du pagne et fondatrice de la célèbre marque Nanawax.
  • Lodia Kpodzro, jeune créatrice originaire du Togo et fondatrice de BaZara'Pagne,
  • Bernie Seb, jeune style originaire du Burkina Faso, fondateur de sa marque de prêt à porter « De la Sébure » pour hommes
  • Charlotte Mbatsogo, jeune créatrice originaire du Cameroun, fondatrice de la marque Fil de cuivre

A l’instar de leurs aînés tels que Pathé’o (Côte d’Ivoire), Alphadi (Niger), Gilles Touré (Côte d’Ivoire) ou bien d’autres, ces jeunes générations ne manquent pas de créativité et ne cessent d’innover afin de faire de ce bout de tissu un élément de la vie quotidienne qui servira à remettre au goût du jour les traditions africaines.

Ces jeunes africains nés sur le continent Africain ou ailleurs font partie de ces nouvelles générations d’ambassadeurs du continent. Par leur passion de la mode, ils posent un autre regard de l’Afrique et arrivent à créer des emplois et de la richesse tout en alliant leur passion.

Pour faire un petit rappel, le pagne puise ses origines d’Indonésie avant que les Hollandais ne reprennent les méthodes de fabrication pour mieux l’exporter. Le pagne signifie une étoffe ou encore un morceau de tissu. Mais le pagne a très vite pu évoluer et ne pas représenter que le seul morceau de tissu. C’était un outil indispensable à la femme africaine.

Aujourd’hui le pagne bien qu’il ait été découvert ailleurs, est très répandu sur le continent africain. Il est symbolique car il est un moyen d’expression et de revendication culturelle.

Avec l’existence des nouvelles technologies de l’information et de la communication, on assiste également à une renaissance du tissu sur le monde virtuel : un excellent moyen de promotion et de communication. Pour cela, on pourrait notamment citer les Bloggeur(euses) qui font de cette matière une passion et un moyen de communication largement ouvert à tous.

J’ai en tête notamment le site « Pagnifik » créé par la jeune ivoirienne Mary NGUETTA, qui à travers ce site internet communique efficacement sur le pagne dans tout son ensemble. De plus, elle organise des évènements (Wax a Wonderful World) qui permettent aux amateurs et passionnés de se retrouver le temps d’une journée et profiter des activités et ventes proposées.

On peut donc dire que les tissus africains et plus particulièrement le Pagne Wax ont véritablement conquis une grande partie du monde au point même que quelques célèbres marques telles que Nike s’y intéressent de plus en plus.

Ceci est en grande partie dû à ces jeunes générations africaines qui, au travers de leurs talents et ambitions se posent comme les garants d’une Afrique positive et meilleure.

Néanmoins c’est à se demander si, au vu de cette évolution galopante, la mode africaine entre ne perdra pas de sa valeurs et si l’absorption de ces modèles par les grandes marques n’aura pas un impact économique négatif : tel que notamment la cherté des tissus qui pour l’instant restent encore accessible pour la plupart.

Dans tous les cas, on peut constater que la mode africaine a encore une longue vie devant elle.

Sandrine NAGUERTIGA

Consultante et formatrice, je suis passionnée par tout ce qui attrait au digital. Tech-entrepreneure et blogueuse (Mondoblog-RFI), j’accompagne les porteurs de projets dans leurs projets de créations d’entreprises et les entreprises dans leur stratégie de communication digitale. Je fais partie de ces personnes qui croient en cette Afrique fascinante et aux nombreux talents cachés mais bel et bien présents. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai choisi, à travers la création d’ “Entreprendrelafrique.com” de contribuer à la promotion de cette Afrique qui inspire et qui gagne. Je communique tant par passion que par détermination, ce qui fait qu’il est très difficile de m’arrêter quand je me lance.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *