Le Marketing de proximité : Une activité non négligeable au Cameroun

CC: Pixabay

Avec l’industrialisation des moyens de production, les entreprises voient leur productivité augmenter de jour en jour. Cependant, la demande du marché ne suit pas toujours, soit parce que :

  • Le marché est déjà saturé par une multitude de produits jouant le même rôle
  • Les attentes des consommateurs ont évolué, et ne trouvent plus leur compte dans ces produits.

Toujours est-il que les entreprises ont leurs stocks à faire écouler ; et si le consommateur ne vient plus à eux pour acheter leurs produits, elles ont pensé à aller vers ce consommateur pour vendre leurs produits : On parle alors du marketing de proximité.

 

Une situation de marketing de proximité

Un jour de semaine, tu es chez toi, peut-être parce que tu as pris un jour de congé, ou alors parce que tu as pu rentrer tôt du boulot. Et là, une personne toque à ta porte. Tu vas ouvrir, et découvres un monsieur ou une dame au sourire large, et plein d’enthousiasme, qui dit promouvoir certains produits. Puisque tu as un peu de temps devant toi, et que la personne a été polie, tu lui accordes de présenter ses produits, et tu te retrouves finalement à acheter un ou deux produits qui ont attiré ton attention.

CC: Pixabay

Dans le jargon commercial, on dit qu’une vente a été conclue. Tel est ce nouveau système de vente de produits qui s’étend de plus en plus au Cameroun, principalement dans la capitale économique, Douala.

 

Les adeptes de ce système de vente

Les entreprises utilisant ce système sont diverses. Il peut s’agir d’une entreprise agroalimentaire (lait en poudre, bonbons, biscuits), chimique (savon en poudre, en morceaux), de raffinerie, cosmétiques (huiles et savons de toilette, huiles de cheveux, parfums). Ces entreprises envoient spécialement leurs agents dans les boutiques, centres commerciaux, marchés et supermarchés. Leur objectif est non seulement de faire découvrir rapidement leurs produits, mais aussi de maximiser les chances de faire une grosse vente. Les personnes sans comptoir sont donc rarement interpellées.

 

   CC: Pixabay
CC: Pixabay
CC: Pixabay

 

 

 

 

 

 

Cependant, il existe un autre type de sociétés, spécialisées dans l’import de produits (cosmétiques, nutritionnels, …) et dans leur revente sur le triangle national. Ce type d’entreprise est spécialement orienté personnes, dans ce sens où, leurs agents sur le terrain propose leurs produits spécialement aux personnes ou aux petits commerces (salons de coiffure, boutiques cosmétiques). La situation présentée plus haut reflète plus le travail de ces derniers.

Le marketing de proximité en lui-même

Dans ce type de marketing, l’agent de l’entreprise est souvent appelé Commercial ou Marketiste. Il consiste à présenter les produits sélectionnés au Client, tout en mettant en avant leurs caractéristiques (marque, gamme, packaging,  design), et en y ajoutant un prix. Le prix donné au client est généralement supérieur ou égal au prix réel de vente. Il faut comprendre que le Commercial a un prix pour chaque produit que l’entreprise lui fixe. S’il liquide le produit en dessous de ce prix, la différence, appelée « manquant », sera déduite de son salaire, suivant le type de paye (journalière, hebdomadaire ou mensuelle).

D’autre part, les camerounais ont une incroyable manie à discuter les prix des produits, c’est-à-dire à proposer des prix plus bas que ceux présentés, au niveau des commerces ambulants, ou des comptoirs de marchés ; les boutiques et les supermarchés étant en reste. Etant donné que « les habitudes ont la peau dure » selon un adage, le Commercial conscient de ces habitudes chez la population camerounaise, se sent obligé d’augmenter le prix du produit. Cependant, ce ne sont pas toutes les entreprises qui permettent cette augmentation, spécialement celles qui cherchent à se faire un nom avec des prix standards sur le marché, pour mieux valoriser la qualité de leurs produits.

“On se souvient de la qualité bien plus longtemps que du prix”,

GUCCIO GUCCI

Par ailleurs, l’approche du potentiel Client (personnes ou boutiques) ne se fait pas de but en blanc, en présentant directement le produit. Le Marketiste ne prend pas de rendez-vous préalable avec le potentiel Client, par conséquent, ce dernier ne prévoit pas de somme d’argent pour acquérir ces produits. Ainsi, la première qualité de l’approche est la politesse, puis l’enthousiasme, souvent perceptible à travers un sourire. Il va de soi que le sourire se doit d’être le plus naturel possible pour pouvoir captiver le potentiel Client. Ensuite vient la présentation du Commercial, puis de son ou ses produits.

 

Démarche de travail et rémunération

Il est vrai que le Commercial approche des boutiques ou des comptoirs, mais lesquels exactement ? C’est là toute l’essence de ce marketing : le Commercial a pour obligation de toucher toutes les boutiques ou toutes les personnes dans le territoire où il est envoyé, ou il a choisi d’aller. Cela implique non seulement un sens de l’organisation, mais aussi une notion d’humilité pour pouvoir aborder les personnes qui à son sens, ne peuvent pas êtres de potentiels Clients. Dit-on que « l’humilité précède la gloire »…

Suivant l’entreprise, le Commercial peut avoir une base salariale. Mais de plus en plus, il ne peut compter que sur les bénéfices de ventes de ses produits. En effet, sur chaque produit vendu, le Marketiste a un pourcentage variant de 10 à 30%, suivant le type de produit.

Telles sont les caractéristiques du marketing de proximité, activité de plus en plus présente sur le triangle national, spécialement à la capitale économique Douala. Cependant, comme tout système humain, ce système de vente a, d’après mon regard, ses avantages et ses limites, tant du point de vue du Client, du Commercial que de l’entreprise.

Un prochain article abordera plus en profondeur ces éléments. En attendant, j’aimerais que toi, cher lecteur, me donne ton avis sur le marketing de proximité :

  • A-t-il un avenir dans le contexte économique actuel du Cameroun, et de l’Afrique en général ? (taux de chômage élevé)
  • Socialement parlant, quels impacts sur la population ?
  • Du point de vue entreprise, et aussi en tant que futurs entrepreneurs dans nos pays respectifs, est-ce une méthode de marketing intéressante ? (surtout pour se faire découvrir)
@Ashley N, Promotrice du retour au naturel
“Fuyez la nature, elle reviendra au galop”
Ashley N.

Je suis une africaine passionnée, qui voit et croit au potentiel de l’Afrique
Je compte bien partager avec vous cette passion, vision et croyance, en parlant éducation, environnement, santé, cuisine, car ce sont domaines qui me tiennent très à cœur. Cela n’exclut pas la rédaction sur d’autres thématiques, en cas d’intérêt profond.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *