Le Centre pour le Dialogue Humanitaire facilite une rencontre entre la jeunesse Tchadienne et les autorités à N’Djamena

Dialogue des jeunes avec les institutions au Tchad les 09 et 10  Août 2017 à l’Hôtel Mercure, N’Djamena. 

Dans la suite des évènements organisés au sein des différentes capitales du G5 Sahel, c’était le Tour pour le Tchad d’accueillir au sein de l’Hôtel Mercure, les 09 et 10 Août 2017, le Dialogue entre les jeunes et les institutions respectives.

Cette rencontre, toute comme celles qui s’étaient tenues dans les 4 autres capitales du G5 Sahel, découle de la grande rencontre du 03 au 06 Juin 2017, à Bamako, qui avait réuni environ 75 jeunes issus des pays du G5 Sahel et de la diaspora.

La rencontre de N’Djamena aura permis, sur deux jours de regrouper environ 32 jeunes issus des 5 régions concernées par le projet ainsi que quelques institutions en charge de la jeunesse. L’objectif premier aura été de déterminer les articulations entre les politiques et les stratégies nationale et sous-régionale.

Le représentant du Ministère de l’Education Nationale prenant la parole lors de la Rencontre entre les autorités et les jeunes, N’Djamena

Une rencontre en 2 temps forts:

-la première journée du 09 Aout aura permis aux jeunes d’une part et aux autorités d’autre part de travailler chacun de leur côté sur la question de la stratégie jeunesse qui existe au Tchad.

-la deuxième journée quant à elle aura été celle de la rencontre entre les jeunes et les différentes autorités. Les jeunes ont pu faire part de la restitution de leur travail de la veille et ainsi échanger directement avec les différentes autorités présentes sur les questions touchant les jeunes Tchadiens.

Les thèmes abordés lors de la rencontre étaient basés sur les nombreux défis dont fait face la jeunesse Tchadienne actuellement à savoir:

  • La stratégie et la mise en place de la Politique Nationale de la Jeunesse
  • La question des migrations, de la paix et de la sécurité (avec un focus sur la zone du Lac Tchad enfreint à de nombreuses exactions)
  • La question de l’éducation et de la formation pour les jeunes Tchadiens
  • Le manque d’opportunités professionnelles qui plonge les jeunes dans un chômage de masse
  • La saturation de la fonction publique et le manque de solutions en matière d’emploi des jeunes
  • Le manque de soutien de l’entrepreneuriat comme vecteur de développement socio-économique
  • L’exclusion des jeunes des régions et le manque de décentralisation de certaines activités
  • Le rôle et l’implication de la diaspora Tchadienne dans le processus de développement du pays
  • Le rôle de l’Etat dans la politique de retour de la diaspora au Tchad
Restitution par un jeune des travaux de la veille devant les autorités

Une rencontre directe et facilitée entre les jeunes et les autorités :

Cette rencontre était une véritable occasion pour les jeunes présents de pouvoir communiquer directement avec les représentants des différentes autorités et leur faire part de leurs analyses et doléances. Parmi les autorités présentes, on trouvait :

Les représentants des ministères :

  • De la jeunesse et des sports qui annonçait d’inclure les “loisirs” dans la nouvelle appellation et les nouvelles activités du Ministère à l’avenir
  • Des affaires étrangères
  • De l’économie et de la planification du développement
  • Du développement touristique, culture et artisanat
  • De l’éducation nationale et de la promotion civique avec un focus sur la “formation de la jeunesse dès la petite enfance”
  • Dela formation professionnelle et de la promotion des métiers
  • De la fonction publique, de l’emploi, chargé du dialogue social
  • De l’environnement et de la pêche
  • De l’administration du territoire et de la gouvernance locale
  • De l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation

Mais également les représentants des institutions suivantes:

  • L’Office Nationale de la Promotion de l’Emploi (ONAPE) avec comme stratégie de créer d’ici à 2030 (avec la Vision 2030, le “Tchad que nous voulons”), plus d’1 millions d’emplois pour les jeunes Tchadiens.
  • La chambre de Commerce et d’Industrie du Tchad
Felix, Consultant HD et Hisseine, jeune participant

Le fait d’avoir pu assister à cette rencontre m’aura permis d’en tirer quelques remarques:

Un manque de vision claire sur la stratégie de la jeunesse locale:

La rencontre aura donc permis aux différents représentants des autorités de présenter leurs différentes activités. Il manquait malheureusement une vision claire sur la politique de chaque ministère quant à la jeunesse Tchadienne. Selon les différents avis recueillis, la plupart des jeunes sont restés sur leur faim. En effet, il manquait l’apport de solutions claires pouvant répondre aux différents défis évoqués par les jeunes ci-dessus.

Néanmoins, l’intervention de la représentante du Ministère de la jeunesse aura été très salutaire car elle aura su mettre en avant toutes les stratégies et actions à venir pour l’épanouissement et le développement de la jeunesse.

Une diaspora un peu oubliée:

J’avais eu la chance de prendre part à cette rencontre au nom de la jeunesse de la diaspora Tchadienne. Cependant, l’on remarque, qu’il n’existe pas encore réellement de politique d’aide au retour de la diaspora à proprement parler. Quelques actions au niveau du ministère de l’économie et de la planification du développement, ont déjà porté leurs fruits (notamment avec le retour de quelques médecins our professeurs d’origine Tchadienne vivant à la diaspora). Mais la question des jeunes candidats au retour n’est pas encore clairement élucidée.

Amon humble avis, il serait très intéressant que le Ministère des Affaires Etrangères coordonne avec les autres ministères, une politique d’aide au retour des jeunes qui souhaitent mettre leur expertise, motivation, service au profit du pays.

Un lien entre les jeunes locaux et ceux de la diaspora a été vivement recommandé et permettra ainsi de faire éclore des solutions innovantes et utiles au développement du pays.

L’absence d’un Ministère clé: 

J’avais trouvé dommage que le Ministère des postes et des nouvelles Technologies de l’information ne soit pas présent. En effet, le développement de l’Afrique, et plus particulièrement des pays du Sahel ne se fera pas sans l’avènement des nouvelles technologies. Les pays d’Afrique qui ont su entrer dans la révolution digitale, ne le regrettent pas à ce jour.

La question des nouvelles technologies de l’information et de la communication est un donc défi majeur auquel doit prendre part le Tchad dans sa politique de développement.

La présence remarquée d’associations pour les femmes:

J’avais été agréablement surprise de voir que la voix des femmes Tchadiennes était dignement portée par des jeunes femmes présentes lors de la rencontre.Aux travers d’associations, elles participent activement à l’amélioration des conditions de vie des femmes. dans leurs localités respectives. Même si les femmes étaient minoritaires lors de cette rencontre, elles n’en demeuraient pas moins actives.

La dernière rencontre de cette tournée se sera tenue à Nouakchott, en Mauritanie.

Sandrine NAGUERTIGA.

Sandrine NAGUERTIGA

Consultante et formatrice, je suis passionnée par tout ce qui attrait au digital. Tech-entrepreneure et blogueuse (Mondoblog-RFI), j’accompagne les porteurs de projets dans leurs projets de créations d’entreprises et les entreprises dans leur stratégie de communication digitale. Je fais partie de ces personnes qui croient en cette Afrique fascinante et aux nombreux talents cachés mais bel et bien présents. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai choisi, à travers la création d’ “Entreprendrelafrique.com” de contribuer à la promotion de cette Afrique qui inspire et qui gagne. Je communique tant par passion que par détermination, ce qui fait qu’il est très difficile de m’arrêter quand je me lance.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *