Interview: Clémence EBERSCHWEILER, co-fondatrice d’une Web-TV qui nous fait découvrir les richesses culturelles du Tchad

A tout juste 30 ans Clémence EBERSCHWEILER est une jeune entrepreneure amoureuse de voyages, de découvertes et en particulier d’un pays cher à son coeur: le Tchad. Originaire de la France, Clémence a vécu plus de 9 ans au Tchad et passé une partie de son enfance dans ce pays cher à son coeur. Résidant à Abéché, ville située à l’est du Tchad, elle y travaille en tant que qu’experte en économie du développement. Elle a géré un programme d’appui à la société civile tchadienne pendant quelques années avant de devenir Chef de mission adjointe d’un programme de renforcement de l’élevage pastoral dans l’Est tchadien.

Véritable entrepreneure dans l’âme, elle choisit de se lancer, avec ses amies d’enfance, originaires du Tchad à l’assaut d’un projet qui a pour but de valoriser les richesses naturelles du Tchad.

Nous sommes allées à la découverte de cette jeune femme tant inspirante que créative et partageons avec vous son parcours entrepreneurial au travers de cet interview qu’elle a accepté de nous accorder.

Logo de la Web TV cc: Siral Ouroug

Entreprendre l’Afrique: Bonjour Clémence, vous avez créé “Siral Ouroug”, une initiative qui vous tient vraiment à coeur. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur ce projet? 

Clémence EBERSCHWEILER: L’objectif de Siral Ouroug, qui signifie en arabe « Le secret de nos racines», est de valoriser les coutumes et la culture tchadienne à travers le monde.

Il s’agit principalement d’une WebTV sur les secrets beauté, cuisine et médecine traditionnelle de la femme tchadienne… que nous avons relié à une boutique en ligne de produits locaux sélectionnés pour leurs intérêts thérapeutiques, beauté, saveurs, etc. 

Entreprendre l’Afrique: Travaillez-vous en équipe ? Si oui, pouvez vous nous les présenter ? Comment fonctionnez-vous ? (si vous souhaitez mettre en avant votre équipe, sinon passez la question)

Clémence EBERSCHWEILER: Siral Ouroug, c’est avant tout une team de 4 jeunes femmes ayant grandi ensemble et avec un point commun : leur amour pour le Tchad. En fait nous avons étudié ensemble au lycée Français de Ndjamena pendant plusieurs années. Nous ne nous sommes jamais lâchées depuis, malgré les voyages des unes et des autres.

Mes associées :

  • Fatimé Maïna (experte marketing) et Mira Morin (comptable) sont deux jeunes femmes d’origine tchadienne. L’une originaire du Nord du Tchad et l’une du Sud du Tchad. C’est important de le préciser car le Tchad est hyper riche culturellement, et du Nord au Sud on trouve une très grande variété de produits et de pratiques, dont toutes deux sont légitimement de grandes ambassadrices.
  • Kanny Diallo est une scientifique d’origine guinéenne qui a été conquise par le Tchad. Elle assure notamment un relai de Siral Ouroug pour la région d’Afrique de l’Ouest et gère les questions liées aux analyses/qualités des produits.

Nous avons des parcours et spécialités très différents et tous très utiles pour le développement de notre activité. Nous avons en outre chacune nos centres d’intérêts et zones de prédilections. Tandis que certaines s’intéressent davantage aux produits de beauté, d’autre sont plus orientées sur la nourriture ou la médecine traditionnelle. Nous sommes ainsi très complémentaires.

Entreprendre l’Afrique: Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer ?  

Clémence EBERSCHWEILER: Pour ma part, depuis que je vis à Abéché, je vais presque tous les jours au marché pour faire mes courses. J’étais à chaque fois impressionné par la variété des produits qui m’entourait mais je n’en connaissais ni le nom, ni la manière de les utiliser ce qui était frustrant. Je me suis donc lancée avec une collègue dans l’inventaire de tous ces produits vendus en vrac et j’ai découvert des choses fabuleuses. Je me suis dit qu’il fallait absolument partager tout ce que j’apprenais. En parallèle, j’ai tissé dans le cadre de mon travail des liens forts avec des femmes de différentes régions du Tchad et qui ont accepté avec enthousiasme de m’aider à vulgariser tous ces secrets traditionnels en vidéo. Elles sont très fières qu’on s’intéresse à leurs pratiques. Ça permet également de créer un lien sain et constant « d’échanges » entre nous.

J’ai tout de suite appelé mes amies pour que l’on développe un projet ensemble sur tous ces sujets ! J’étais sûre qu’elles seraient partantes. Nous avons toutes les quatre toujours eu envie de bosser au Tchad ou en lien avec ce pays, à travers une entreprise sociale ou une association/ONG. On a donc muri le concept ensemble pour finalement déboucher sur « Siral Ouroug ».

Entreprendre l’Afrique: Avez-vous été confronté à quelques difficultés dans votre parcours entrepreneurial ? Si oui, pourriez-vous le partager avec nos lecteurs et nous expliquer comment vous avez su faire pour à chaque fois garder le cap et avancer ?

Clémence EBERSCHWEILER: La première difficulté est de savoir définir clairement ses objectifs. Au début ça part un peu dans tous les sens… Le manque de clarté dans nos objectifs a créé une première scission dans notre équipe d’origine… Mais on ressort plus fort de chaque conflit. Aujourd’hui, nous formalisons beaucoup mieux nos échanges. Tout est plus carré et on peut travailler beaucoup plus serainement.

La seconde difficulté qui est qu’il faut être très prudent lorsqu’on se lance dans la création d’une entreprise entre amis. C’est un point fort car en général lorsqu’on est ami c’est que l’on partage un certain nombre de points communs, une vision commune. Mais il faut savoir concilier l’affectif et le professionnel, ce qui n’est pas forcément évident. Quand les conflits surgissent en affaire, l’amitié peut prendre l’eau… !

Entreprendre l’Afrique: Si l’on devait retenir 2 mots de vous, quels seraient-ils ? 

Clémence EBERSCHWEILER: « Tradition vivante » 😊 

Entreprendre l’Afrique: Quelles ont été (la) ou les personnes qui ont influencé votre parcours ainsi que tes choix professionnels ou personnels ?

Clémence EBERSCHWEILER: Pour ma part, mes choix professionnels ont largement été définis par le style de vie que m’a offert mes parents depuis ma petite enfance : une vie rythmée de voyages, de partages, et toujours avec une immense humilité. C’est quelque chose d’indispensable que d’être humble lorsque l’on rencontre l’autre. C’est encore plus le cas dans le domaine professionnel : il faut être sans cesse dans le respect et la remise en question de ses propres perceptions.

Clémence EBERSCHWEILER, à l’initiative de la Web TV Siral Ouroug (Tchad)

Entreprendre l’Afrique: Quelle est votre vision pour la suite ? Comment envisagez-vous le développement de votre projet/entreprise/association/initiative ?

Clémence EBERSCHWEILER: Jusqu’à présent nous avons surtout animé la Web TV.  La boutique en ligne est encore embryonnaire. Nous aimerions dans l’avenir offrir une plate-forme à ces femmes pour vendre leurs produits et, d’une certaine manière, contribuer à sauver les riches traditions qui sont sur le point de se perdre. Dans un avenir plus lointain, nous aimerions créer une petite épicerie fine de produits tchadiens, au Tchad et en France.

Entreprendre l’Afrique: Quel message aimeriez-vous passer à nos lecteurs et abonnés? 

Clémence EBERSCHWEILER: Ne négligez jamais vos passions. Suivez-les et vivez-les, c’est ce qui vous rendra heureux. Ça permet de créer un équilibre face aux contraintes de la vie, une échappatoire, une bouffée d’air…

Si en plus vous faites de votre passion une de vos professions… c’est le jackpot de l’épanouissement personnel !

Clémence rencontre quelques femmes à Abéché cc: Sira Ouroug

Pour plus d’informations à propos de notre invitée (sites internet, Facebook..) :  

La chaîne Youtube SIRAL OUROUG ICI

La page Facebook SIRAL OUROUG ICI

Entreprendre l’Afrique est un média 100% participatif qui promeut toutes les initiatives portées par les jeune sur le continent africain et à la diaspora.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *