Interview: Sephora AKADJE, une jeune perle ivoirienne de la mode

Sephora AKADJE SAIBA est une jeune ivoirienne qui entreprend dans le domaine de la mode et plus particulièrement des accessoires.

Technicienne supérieure en bâtiment de formation, cette jeune femme âgée de tout juste 26 ans excelle dans la confection d’accessoires à base de perle et fonde l’Atelier Sephora. Nous revenons dans cet article sur son parcours et sur son initiative inspirante.

cc: l’Atelier Sephora 

Entreprendre l’Afrique: Pourriez-vous nous en dire un peu plus concernant votre entreprise, l’Atelier Sephora? 

Sephora AKADJE SAIBA: Ma structure se nomme L’atelier Sephora, nous exerçons dans le domaine des perles. Nous confectionnons des bijoux, des broches, des sacs, des chaussures, des portes clés. Nous sommes aussi en partenariat avec une structure spécialisée en pagne qui nous fourni des colliers en pagnes que nous modifions à notre convenance.  

Entreprendre l’Afrique: Travaillez-vous en équipe ? Si oui, pouvez vous nous les présenter ? Comment fonctionnez-vous ?

Sephora AKADJE SAIBA: Oui nous sommes une équipe. L’atelier Sephora est un petit groupe de 3 personnes: Claudia SAIBA, Stanislas AKADJE et moi-même, Sephora AKADJE SAIBA

Claudia SAIBA est également accessoiriste. Et elle se charge de certaine commandes.

Stanislas AKADJE est notre bailleur de fonds (rire) . Plus sérieusement il est en charge des affaires plus techniques à savoir la comptabilité et le commercial notamment.  charge de nous trouver la clientèle..

Quant à moi, je suis plus en charge des commandes un peu plus complexes, ainsi que de l’organisation de la structure et de la création de nouveaux designs.

Entreprendre l’Afrique: Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer ?

Sephora AKADJE SAIBA: Oh ! Cette histoire est tellement compliquée !  Je n’ai pas eu “d’envie ” je me suis lancée dans ce domaine par pur hasard. Je n’ai  jamais reçu une seule formation en perlerie. Pour la petite histoire. Je préparais mon mariage et à 2 mois de l’événement j’ai perdu mon emploi. Une fois àla maison sans activité, j’ai décidé de me rendre dans un magasin de perle pour acheter des perles et créer moi-même des petits colliers pour mes demoiselles d’honneur. Et c’est la que tout à commencé. Je regardais des images et j’essayais de dessiner sur une feuille pour comprendre la technique de confection.

Entreprendre l’Afrique: Avez-vous été confronté à quelques difficultés dans votre parcours entrepreneurial ? Si oui, pourriez-vous le partager avec nos lecteurs et nous expliquer comment vous avez su faire pour à chaque fois garder le cap et avancer ?

Sephora AKADJE SAIBA: La première difficulté rencontrée était avec mon père. Quand j’ai commencé dans cette activité, mon père ne me prenais pas au sérieux et n’y croyait vraiment pas.

Il me disait toi tu es assise là-bas làtu fais quoi même !?? Va chercher du travail !! (rire). Il ne me soutenait pas du tout. Il y a aussi des amis de classe qui se moquaient de moi, et disaient que voilà une personne sur qui ses parents ont dépensé des millions pour ses études et au final elle préfère s’asseoir àla maison pour vendre des ‘bayas” (collier de perle que les femmes attachent aux reins)

Je ne fais pas partie des personnes qui abandonnent facilement à cause de moqueries ou autres remarques, bien au contraire !  Ces moqueries essuyées m’ont donné envie de me surpasser plus que jamais et de leur prouver à tous que je peux être excellente dans tous les domaines.

 

cc: l’Atelier Sephora

Entreprendre l’Afrique: Si l’on devait retenir 2 mots de vous, quels seraient-ils ? Et pourquoi? 

Sephora AKADJE SAIBA: Deux mots ?  C’est peu hein!!  Mais je dirais battante et passionnée.

Entreprendre l’Afrique: Quelles ont été (la) ou les personnes qui ont influencé votre parcours ainsi que vos choix professionnels ou personnels ?

Sephora AKADJE SAIBA: J’ai été je pense influencée par un groupe de personne. Notamment les créatrices ghanéennes pour lesquelles je trouve leurs créations originales, voire-même sont hors du Commun. Je rêve d’ailleurs de suivre une formation au Ghana.

Entreprendre l’Afrique: Quelle est votre vision pour la suite ? Comment envisagez-vous le développement de votre entreprise?  

Sephora AKADJE SAIBA: Pour le futur, j’envisage d’ouvrir des magasins, et surtout d’ouvrir un atelier de formation pour les jeunes filles et femmes passionnées de mode (pas seulement en perle, dans tous les domaines)

Entreprendre l’Afrique: Quel message aimeriez-vous passer aux personnes qui lieront votre article? 

L’Afrique détient des ‘génies’ nous avons du potentiel mais peu de moyen. C’est ensemble que nous deviendrons fort. Sephora AKADJE SAIBA

Entreprendre l’Afrique: L’interview tire à sa fin, souhaiteriez vous rajouter quelque chose que nous n’avions pas évoquée durant cette entrevue? 

Sephora AKADJE SAIBA: J’ai l’impression d’avoir trop parlé(rire) je remercie l’équipe de Entreprendre L’Afrique c’est un honneur pour moi d’être là à parler de moi. Merci pour tout.

Pour plus d’informations à propos de notre invitée (sites internet, réseaux sociaux…) : 

Sur Facebook :L’atelier Sephora

Sur Instagram : L’atelier Sephora

Par appel, SMS et sur WhatsApp : 0022558721838

Sandrine NAGUERTIGA

Consultante et formatrice, je suis passionnée par tout ce qui attrait au digital. Tech-entrepreneure et blogueuse (Mondoblog-RFI), j’accompagne les porteurs de projets dans leurs projets de créations d’entreprises et les entreprises dans leur stratégie de communication digitale. Je fais partie de ces personnes qui croient en cette Afrique fascinante et aux nombreux talents cachés mais bel et bien présents. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai choisi, à travers la création d’ “Entreprendrelafrique.com” de contribuer à la promotion de cette Afrique qui inspire et qui gagne. Je communique tant par passion que par détermination, ce qui fait qu’il est très difficile de m’arrêter quand je me lance.

Sandrine NAGUERTIGA

Sandrine NAGUERTIGA

Consultante et formatrice, je suis passionnée par tout ce qui attrait au digital. Tech-entrepreneure et blogueuse (Mondoblog-RFI), j'accompagne les porteurs de projets dans leurs projets de créations d'entreprises et les entreprises dans leur stratégie de communication digitale. Je fais partie de ces personnes qui croient en cette Afrique fascinante et aux nombreux talents cachés mais bel et bien présents. C'est une des raisons pour lesquelles j'ai choisi, à travers la création d' "Entreprendrelafrique.com" de contribuer à la promotion de cette Afrique qui inspire et qui gagne. Je communique tant par passion que par détermination, ce qui fait qu'il est très difficile de m'arrêter quand je me lance.

3 pensées sur “Interview: Sephora AKADJE, une jeune perle ivoirienne de la mode

  • 19 mai 2018 à 0 h 29 min
    Permalink

    Félicitation tu es un exemple de la persévérance…bravo et bonne continuation à l’atelier Sephora.

    Répondre
  • 18 mai 2018 à 16 h 41 min
    Permalink

    C’est une fierté pour nous, de montrer que notre Afrique regorge encore de talents, de potentiels et de génies créatifs. Félicitations à Sephora AKADJE…

    Armel Ghislain (Écrivain)

    Répondre
  • 17 mai 2018 à 15 h 57 min
    Permalink

    L’atelier sephora, nous sommes tous prêts à t’accompagner dans cette aventure. merci de mettre en exergue ce divin talent !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *